Bienvenue sur le site de la section locale UNIFOR 175 des travailleurs & travailleuses ainsi que les retraités de la raffinerie Suncor de Montréal.
 
AccueilGalerieS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 l' I.C.E.M nous avertis

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: l' I.C.E.M nous avertis   Dim 4 Oct 2009 - 13:49

International Federation of Chemical, Energy, Mine and General Workers' Unions




Les syndicats mondiaux avertissent des dangers du travail en sous-traitance et en intérimaire
2 October 2009
Communique l'ICEM
Turquie
Mondial


Quatre jours avant la rencontre de responsables de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international avec le gouvernement turc, les syndicats mondiaux ont rencontré le ministre turc du Travail et prêté leur appui au veto du Président Abdullah Gül sur un projet de loi qui donnerait aux “agences privées de placement de main-d’œuvre” des droits étendus les autorisant à placer du personnel temporaire dans des entreprises, et ont mis en garde sur les dangers posés par l’emploi précaire dans la société.

Des représentants de la Confédération syndicale internationale (CSI), de la Fédération internationale des syndicats de travailleurs de la chimie, de l'énergie, des mines et des industries diverses (ICEM), de la Fédération internationale des travailleurs du textile, de l'habillement et du cuir (FITTHC) et de la Fédération internationale des organisations de travailleurs de la métallurgie (FIOM) ont signalé au ministre du Travail que la main-d’œuvre sous contrat de courte durée ou embauchée par des agences de placement, ainsi que les formes d’emploi précaire, se développent rapidement partout dans le monde. Cette situation se traduit par la présence de deux catégories de travailleurs/euses: l’une avec de bons emplois sûrs et l’autre composée de personnes ayant un emploi à court terme, un salaire bas, une absence de protection sociale et une perte de droits.

Lors d’une conférence de presse donnée aujourd’hui à Istanbul, Manfred Warda, Secrétaire général de l’ICEM, a déclaré: “Globalement, le remplacement massif d’emplois réguliers par des emplois temporaires ou des emplois fournis par des agences ou des intermédiaires de placement de main-d’œuvre a un impact profond sur l’ensemble de la main-d’œuvre, les familles et la société. L’érosion de la relation salarié-employeur, souvent à la base du droit du travail, est directement à l’origine du nombre croissant d’infractions aux droits du travail”.

“Il y a un lien entre les ‘changements d’orientation’ au plan international, ceux inspirés par les institutions financières internationales, comme la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, qui ont encouragé une flexibilité dans le travail et provoqué ainsi une détérioration des conditions de travail au niveau national”, a ajouté Warda. “De tels changements reflètent clairement les stratégies patronales d’affaiblissement de la négociation collective par le travail à temps partiel et l’embauche par des agences de placement de main-d’œuvre. L’ICEM résistera par tous les moyens possibles à cette tendance”.

Guy Ryder, Secrétaire général de la CSI, a réitéré aujourd’hui le message transmis la semaine dernière par les syndicats mondiaux au sommet du G-20, en déclarant “Le développement des formes précaires d’emploi et la déréglementation du marché du travail n’apportent pas de réponse à la crise de l’emploi, En fait, l’insécurité des travailleurs/euses depuis plusieurs dizaines d’années a contribué de manière significative à la récession. Ce n’est pas par hazard si l’emploi précaire et la fragilité des marchés financiers augmentent depuis quelques dizaines d’années”.

“La voie à suivre doit reposer sur un développement durable et non précaire – une économie durable où le secteur financier est au service de l’économie réelle. Nous avons besoin de justice sociale et de viabilité du point de vue écologique pour réparer les dégâts infligés à notre planète, de manière à procurer de bons emplois stables et sûrs”, a ajouté Ryder.

Selon Neil Kearney, Secrétaire général de la FITTHC, "les embauches réalisées par les agences de placement et les contrats d’emploi temporaire réduisent à néant la sécurité de l’emploi, portent atteinte à tous les autres droits et accélèrent l’exploitation des travailleurs/euses sous contrat temporaire et des salariés permanents qui travaillent à leurs côtés”.

Il ajoute qu’“en Turquie, l’affilié de la FITTHC, Teksif, mène une bataille contre Edirne Giyim qui emploie du personnel embauché avec un contrat du même type que celui des agences avec des salaires et des conditions inférieures à la normale pour réduire et finalement éliminer la main-d’œuvre permanente employée de longue date. La résistance du syndicat à la détérioration des conditions a entraîné des licencements massifs de membres du syndicat”.

Kearney demande si “ailleurs qu’en Turquie, des affiliés de la FITTHC sont quotidiennement en conflit avec des employeurs du textile, de l’habillement et du cuir qui utilisent tous les moyens, notamment la sous-traitance, l’emploi de main-d’œuvre non déclarée et les contrats d’emploi à court terme, pour empêcher la syndicalisation et la protection des droits des travailleurs/euses. Une action du gouvernement est nécesaire de toute urgence pour rétablir la protection des travailleurs/euses contre ces attaques".

Jyrki Raina, Secrétaire général de la FIOM, dit qu’on “assiste à une érosion des emplois permanents par un recours croissant des employeurs à une main-d’œuvre embauchée par des agences de placement. Dans certaines usines, plus de cinquante pour cent de l’effectif provient d’agences de placement de main-d’œuvre”.

Il ajoute que “la crise financière a donné un nouveau coup aux travailleurs/euses précaires qui ont été des centaines de milliers à perdre dès le début leur emploi, car cela coûte moins cher de mettre à la porte des gens qui n’ont pas droit à une indemnité ou à un préavis de licenciement, et qu’en plus cela permet à l’employeur de réduire plus facilement les effectifs. La crises a eu des conséquences graves et d’une portée considérable sur l’emploi”.

Il dit aussi qu’“en Turquie, l’affilié de la FIOM, Birlesik Metal Is, a soutenu 350 pesonnes qui avaient été licenciées l’année dernière par Sinter Metal pour avoir exercé leur droit de se syndiquer. L’entreprise prétend que les licenciements étaient nécessaires en raison de la crise financière, mais il s’agit de toute évidence d’une excuse peu convaincante pour licencier des membres du syndicat et éviter que les travailleurs/euses ne recherchent le moyen de protéger leur emploi”.

Nous assisterons la semaine prochaine à une mobilisation des syndicats de métallurgistes dans le monde entier contre l’emploi précaire à laquelle se joindront mercredi 7 octobre d’autres syndicats nationaux et sectoriels partout dans le monde pour célébrer la Journée mondiale pour le travail décent.

Pour cette Journée, l’ICEM concentrera ses activités sur sa campagne contre le travail sous contrat temporaire et sur les agences de placement de main-d’œuvre en Thaïlande et en Turquie.

“Une reprise durable ne pourra pas avoir lieu avec des emplois précaires et inférieurs aux normes. C’est pourquoi, aujourd’hui, les syndicats et leurs membres s’unissent dans le monde entier pour exiger des emplois sûrs et l’égalité des droits pour tous les salariés“, affirme Jyrki Raina.

La CSI représente 170 millions de travailleurs/euses dans 157 pays et territoires, et rassemble 312 affiliés nationaux; l’ICEM représente 467 syndicats dans 132 pays; la FITTHC est la voix mondiale de 217 syndicats dans 110 pays, et la FIOM couvre plus de 200 syndicats dans 100 pays.

Notes aux rédacteurs en chef:
1. D’autres informations sur la Journée mondiale pour le travail décent se trouvent ici.

2. D’autres informations sur la campagne de la FIOM contre l’emploi précaire se trouvent ici.

3. D’autres informations sur la campagne de l’ICEM contre le travail sous contrat et les agences de placement de main-d’œuvre se trouvent ici.

4. D’autres informations sur le conflit chez Sinter Metal se trouvent ici.

________________________________
Pour tous renseignements complémentaires, veuillez contacter:
Mathieu Debroux, CSI, +32 2 224 0210
Dick Blin, ICEM, +41 22 304 1842
Neil Kearney, FITTHC, +32 2 512 2606
Anita Gardner, FIOM, +41 22 308 5032



Lire l'article (http://www.icem.org/fr/77-Communiqude-presse-de-l'ICEM/3421-Les-syndicats-mondiaux-avertissent-d)




Revenir en haut Aller en bas
 
l' I.C.E.M nous avertis
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» réponse apportée à une "brebis égarée" qui nous a contacté en MP, revenue depuis dans le droit chemin ...
» Que nous réserve cette nouvelle année ?
» Bonjour! je nous présente moi et mon projet! :)
» Lecture....bien de chez nous....
» Petite philosophie de nos erreurs quotidiennes : Comment nous trompons-nous ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE CLUB SOCIAL 175 :: INFORMATIONS :: COMMUNIQUÉS AUTRES LOCAUX-
Sauter vers: