Bienvenue sur le site de la section locale UNIFOR 175 des travailleurs & travailleuses ainsi que les retraités de la raffinerie Suncor de Montréal.
 
AccueilGalerieS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ORHRI Bilan des relations de travail en 2008

Aller en bas 
AuteurMessage
Volcan

avatar

Messages : 477
Date d'inscription : 11/12/2007
Localisation : J'ai faim mais j'ai surtout soif|

MessageSujet: ORHRI Bilan des relations de travail en 2008   Ven 9 Jan 2009 - 0:54

http://www.orhri.org/impression/default.aspx?f=55626

Bilan des relations de travail en 2008 - Le calme avant la tempête?
Par : Marie-Ève Maheu

À l’instar des deux dernières années, selon les intervenants du milieu,
2008 n’a pas connu de grandes vagues sur le plan des relations de
travail. Avec la crise économique qui se profile à l’horizon, certains
prévoient toutefois quelques remous durant les prochains mois.
« L’année 2008 a été très calme. La majorité des conventions
collectives se sont signées sans conflit », observe la sous-ministre
adjointe au ministère du Travail, Suzanne Thérien. Fin novembre, on
dénombrait 83 litiges pour l’année en cours. On observe une hausse par
rapport à 2006 et 2007 qui en ont compté respectivement 43 et 51. Mais
selon Mme Thérien, cette augmentation est attribuable aux récentes
négociations coordonnées dans les hôtels et dans les supermarchés Maxi
et Provigo.
Conséquemment, le nombre de journées de travail perdues a bondi,
passant de 186 000 en 2007, à plus de 250 000 en 2008. Une augmentation
imputable aux conflits de longue durée qui ont marqué l’année. On pense
bien sûr aux 252 employés du Journal de Québec qui ont été en lock-out
durant 16 mois et aux 260 travailleurs de la raffinerie de Petro-Canada
à Montréal, en conflit depuis plus d’un an.
Le nombre de jours-personne perdus est toutefois bien inférieur à
celui des années qui ont précédé 2006 et 2007, alors que la moyenne
était de 700 000 et de quelque 1,4 million en 2005 seulement.
La tendance se maintient donc pour une troisième année : les
relations de travail se vivent avec de moins en moins d’embûches. « Les
parties n’utilisent plus le rapport de force aussi souvent qu’avant »,
confirme Mme Thérien.
Selon la présidente de la Confédération des syndicats nationaux,
Claudette Carbonneau, cette tendance reflète une certaine insécurité
chez les travailleurs. « Tu ne vas pas en conflit de travail quand tu
ne penses pas pouvoir faire des gains. » Elle soutient que la capacité
des entreprises de délocaliser leurs activités fait pression sur les
travailleurs.
Le président-directeur général de l’Ordre des conseillers en
ressources humaines agréés (CRHA), Florent Francoeur, CRHA, affirme
pour sa part que les relations de travail ont atteint une certaine
maturité. « La question de la rémunération n’est plus aussi litigieuse
qu’elle était, avance-t-il. Dans les récents conflits, comme celui du
Journal de Québec, les salaires ne sont souvent plus un enjeu. »
« La majorité des travailleurs sont de plus en plus informés et sont
bien au fait de la nouvelle réalité économique, dit Florent Francoeur.
Lorsque les gens se retrouvent autour de la table de négociation, ils
comprennent que les entreprises doivent être productives et
rentables. »
Selon un récent sondage de l’Ordre, lorsqu'on demande aux
travailleurs québécois quelles devraient être les priorités des
syndicats pour les années à venir, la conciliation travail-famille
arrive en tête de liste avec 56 %, suivie de près par la qualité de vie
au travail (42 %) et par la sécurité du travail (37 %).
De son côté, Suzanne Thérien croit que l’accalmie s’explique
notamment par le fait que les conventions collectives sont maintenant
de plus longue durée. Les ententes s’étirent souvent sur quatre, cinq
ou six ans, plutôt que sur trois ans, fait-elle remarquer. « Si les
parties ne peuvent pas utiliser le rapport de force à court terme, ils
sont obligés de discuter et de trouver une solution gagnante pour les
deux. »
Conflits en longueur
« Toutefois, ajoute Mme Thérien,
lorsqu’un problème persiste et que la convention vient à échéance, les
négociations peuvent être ardues. Ça peut mener à un long conflit de
travail. »
Ce constat est corroboré par le professeur associé au département de
relations industrielles de l’Université Laval, Jean Boivin. « Il y a
moins de conflits en général, mais lorsqu’il y en a, ils sont longs et
plus difficiles à régler », observe-t-il.
M. Boivin note aussi un nouveau phénomène : la proportion de
lockouts dans les conflits de travail est beaucoup plus importante
qu’auparavant. Sur 83 conflits en date du 30 novembre, 18 étaient des
lockouts, soit un peu plus de 20 %.
« Ce sont les employeurs qui font des demandes plutôt que les
syndicats, constate Jean Boivin. Ils disent qu’en raison d’une
conjoncture difficile, ils n’ont plus les moyens de donner les mêmes
conditions de travail qu’avant. Résultat : les syndicats sont sur la
défensive. »
Selon Suzanne Thérien, on ne peut pas encore parler de tendance.
« C’est vrai qu’il y a eu beaucoup plus de lockouts cet été, mais
c’était une situation exceptionnelle. Il faut attendre avant de tirer
des conclusions. »
Jean Boivin est loin d’envisager un revirement de la situation.
« Les secteurs public et municipal, qui ont longtemps échappé à la
logique du profit à tout prix, commencent eux aussi à passer à la
moulinette, note-t-il. L’attitude des employeurs se durcit. Le
gouvernement a imposé des conditions de travail en 2005. À la Ville de
Québec, les négociations achoppent parce que l’employeur demande une
diminution des avantages sociaux. » Selon le professeur, l’année 2009
confirmera ce durcissement des relations de travail.
Vers le futur
« Contrairement à 2008, l’année 2009 ne sera
sans doute pas de tout repos », estime Florent Francoeur de l’Ordre des
conseillers en ressources humaines agréés. « Avec la récession
appréhendée, les entreprises revoient leurs prévisions à la baisse et
du coup, révisent les augmentations salariales attendues », note-t-il.
« Ça peut être une source de conflits pour ceux qui arrivent dans
une période de négociation. Aussi, plusieurs entreprises vont tenter de
rouvrir les ententes pour parler de temps partagé, de semaines de
quatre jours, de diminution des salaires ou même de gel. Ça va brasser
un peu plus durant les prochains mois! »
D’autres intervenants prédisent que la question des fonds de pension
sera un enjeu important en 2009, puisqu’avec la crise financière, les
caisses de retraite fondent à vue d’œil. De plus, seulement 40 % des
travailleurs ont accès à un régime de retraite.
« C’est très explosif! dit l’avocat en droit du travail, Me Ronald
Sirard. Il va y avoir un conflit entre ceux qui ont un bon régime et
ceux qui n’en ont pas. Est-ce que le gouvernement doit utiliser les
impôts des contribuables pour maintenir les fonds de pension de gens
déjà privilégiés? Qu’est-ce qu’on fait de ceux qui sont pénalisés? Je
vous le dis, ça va crier! »
Selon Claudette Carbonneau, la tension sera à son maximum en
entreprise. « Les employeurs vont vouloir se départir des régimes à
prestations déterminées, qui sont très coûteux pour eux, pour les
remplacer par des régimes à cotisations déterminées. De leur côté, les
travailleurs veulent une sécurité économique. Ça va faire des
flammèches! »

Marie-Ève Maheu, journaliste indépendante
Source : VigieRT, numéro 33, décembre 2008.


Cousine Volcanange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
ORHRI Bilan des relations de travail en 2008
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ventes d'or des banques centrales de l'eurosystéme, bilan depuis 2004
» sondage temps de travail pour une comptable
» L’ORDRE INFIRMIER fera l’objet d’un bilan d’un groupe de travail parlementaire
» changement dans les conditions de travail
» réduction du temps de travail pour motif économique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE CLUB SOCIAL 175 :: INFORMATIONS :: COMMUNIQUÉS DE PRESSE-
Sauter vers: