Bienvenue sur le site de la section locale UNIFOR 175 des travailleurs & travailleuses ainsi que les retraités de la raffinerie Suncor de Montréal.
 
AccueilGalerieS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 le devoir 25 nov 08 jérome-Forget dans l'embarras

Aller en bas 
AuteurMessage
Volcan

avatar

Messages : 477
Date d'inscription : 11/12/2007
Localisation : J'ai faim mais j'ai surtout soif|

MessageSujet: le devoir 25 nov 08 jérome-Forget dans l'embarras   Mar 25 Nov 2008 - 9:34

http://www.ledevoir.com/2008/11/25/218475.html


Données sur les projets d'investissements des entreprises - Jérôme-Forget se retrouve dans l'embarras

Robert Dutrisac
Édition du mardi 25 novembre 2008



Photo: Clément Allard

Québec -- À la veille du débat des chefs, la ministre sortante des
Finances, Monique Jérôme-Forget, s'est retrouvée dans l'embarras, et
toute l'équipe libérale par la même occasion, à cause des données sur
les projets d'investissements des entreprises que le ministère des
Finances a dévoilées juste avant le déclenchement de l'élection.

Dans le document qui accompagnait la mise à jour économique
livrée par la ministre des Finances le 4 novembre dernier, le ministère
a dressé une liste de 22 grands projets privés de 100 millions et plus
qui devaient se réaliser au cours des cinq prochaines années. Or, selon
une enquête du Journal de Montréal, des projets pour une valeur de 11
milliards sur le total de 16 milliards ont été reportés, voire
abandonnés, ou encore n'ont pas été confirmés par les entreprises
figurant sur cette liste.


En tournée au Saguenay-Lac-Saint-Jean, Monique Jérôme-Forget a
soutenu que les prévisions d'investissements du ministère étaient
exactes. «Le ministère des Finances s'assure avant de publier quelque
chose comme ça que c'est bien dans le pipeline», a-t-elle martelé.
«Est-ce que les gens ont décidé de le retarder de six mois ou d'un an?
C'est une liste sur cinq ans.»


Son embarras était tel qu'elle a demandé, hier, au sous-ministre
des Finances, Jean Houde, de donner des entrevues aux médias afin
d'apporter des clarifications, ce qui n'est pas sa spécialité.


La chef du Parti québécois, Pauline Marois, a sauté sur l'occasion
pour accuser les libéraux d'«amateurisme». Selon elle, cet écart entre
les projets d'investissements prévus et ceux qui sont confirmés par les
entreprises sème le doute sur les autres données contenues dans la mise
à jour économique ainsi que sur les prévisions de croissance avancées
par le gouvernement. Ce doute ravive ceux qui planent sur l'état réel
des finances publiques et sur les résultats de la Caisse de dépôt,
a-t-elle fait valoir.


Le candidat de l'Action démocratique du Québec dans Chapleau et
porte-parole en matière de finances, Gilles Taillon, a qualifié de
«maquillage éhonté» les données sur les investissements privés rendues
publiques à la veille des élections. «Ce n'est qu'une preuve de plus
qu'on camoufle la réalité pour essayer d'arracher des gains avant
l'élection», juge-t-il. «C'est prendre les électeurs pour des caves.»


Dans son enquête, Le Journal de Montréal a contacté chacune des 22
entreprises pour qu'elles confirment leurs investissements dont faisait
état le ministère des Finances dans le document intitulé Le Point sur
la situation économique et financière du Québec. Ainsi, chez
Petro-Canada, on a informé le journal que l'on avait suspendu la
construction de l'usine de cokéfaction, un projet de 1,5 milliard, en
raison du conflit de travail avec ses employés. Ultramar a reporté le
projet d'expansion de sa raffinerie au coût de un milliard. D'autres
entreprises, comme Alcoa, ne savaient pas où le ministère avait pris
ses chiffres. D'autres chiffres dépassaient nettement l'évaluation de
l'entreprise.


Pour des entreprises comme Bell et Desjardins, les investissements
mentionnés portaient sur des dépenses normales en immobilisations;
aucun grand projet n'était visé. Hydro-Québec a refusé de commenter les
données sur les parcs éoliens.


En plus de projets reportés, la compilation du journal retranche de
la somme avancée par le ministère des Finances tout ce qui est dépense
normale d'immobilisations et tout ce que les entreprises n'ont pas
voulu commenter.


Dans un entretien avec Le Devoir, le sous-ministre Jean Houde s'en
est pris à la méthodologie du journal. Il a relevé le cas des projets
éoliens d'Hydro-Québec. «S'il y a quelque chose qui est connu, qui est
public, qui a été annoncé, c'est bien l'investissement éolien
d'Hydro-Québec», a-t-il souligné.


M. Houde estime aussi que la construction de l'usine de
Petro-Canada aurait dû être comptabilisée par le journal. Ce projet est
déjà amorcé et il est suspendu en raison d'un lock-out. Selon toute
probabilité, il se réalisera au cours des cinq prochaines années, croit
le sous-ministre. Les dépenses en immobilisations de Desjardins
devraient aussi figurer sur la liste; elles font partie des
investissements privés qui génèrent de l'activité économique, a-t-il
argué.


De fait, dans la liste des 22 projets, seul le projet d'Ultramar
devrait être retiré, a concédé M. Houde, mais l'annonce de l'abandon de
l'entreprise a été faite après le 4 novembre, date de la mise à jour
économique. Mentionnons aussi le projet de Mines Agnico-Eagle (Goldex)
qui a été achevé en avril dernier et qui ne devrait pas apparaître dans
la liste des projets 2009-2015.


Chacun des projets figurant dans la liste a été validé, a soutenu
M. Houde. Ces 22 projets n'étaient que des exemples pour «montrer aux
gens qu'il y avait de l'activité économique au Québec», a-t-il
expliqué. Ils constituent une faible part des investissements que les
entreprises effectueront au Québec pendant les cinq prochaines années,
soit 16 milliards sur quelque 130 milliards, a aussi fait remarquer le
sous-ministre.


«C'est une prévision. Il n'y a aucune garantie que ces
investissements vont se réaliser. S'ils décident de ne pas les faire,
eh bien, on modifiera notre prévision économique», a-t-il dit.


Le sous-ministre ne croyait pas si bien dire. Ainsi, le chef de la
direction de Petro-Canada, Ron Brenneman, a annoncé, hier après-midi,
que l'entreprise envisageait de reporter à plus tard l'amélioration de
sa raffinerie de Montréal, afin de réduire ses coûts.


Pour l'an prochain, le ministère prévoit que les investissements
des entreprises s'élèveront à 29,9 milliards, soit 1,2 milliard de plus
que la prévision pour 2008. Jean Houde a reconnu que le ministère
n'avait pas «présupposé» que les projets seraient abandonnés en raison
de la conjoncture économique. «On n'a pas fait ça», a-t-il affirmé.
«Peut-être que ça va fondre compte tenu de la conjoncture, mais si ça
fond, on s'ajustera.»



Cousine Volcan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
le devoir 25 nov 08 jérome-Forget dans l'embarras
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DSA obligatoire dans les ASSU ?
» Cherche stage en entreprise dans le cadre d'une reconversion
» PARKER fait la Chasse à l'eau dans le kérosène !
» changement dans les conditions de travail
» AIDE AUX DELEGUES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE CLUB SOCIAL 175 :: INFORMATIONS :: COMMUNIQUÉS DE PRESSE-
Sauter vers: